les Russes

Publié le par Manue

Pour moi la Russie c'était tout d'abord une culture très riche, une histoire, un passé d'oppression invraisemblable, un pays en pleine transition, des monuments magnifiques et surtout des gens chaleureux et plutôt ouverts, des gens vrais.

Et voila, quand on sort du cliché pour le confronter à la réalité, c'est le choc !
Certes, les monuments sont magnifiques, le pays est bel et  bien en période de transition, mais au premier abord, les gens semblent avoir oublié jusqu'au mot même de chaleureux....
Loin d'eux par exemple l'idée de vous tenir la porte après être passé, déjà content quand ils ne vous la referment pas violemment sur le nez....
Les rapports entre les gens sont directs, efficaces, pas de fioriture : pas de sourire, ni de bonjour ou encore merci ou pardon....c'est bien simple, ils ne parlent pas, ils aboient....
Dans la rue, les regards ne se croisent pas, chacun suit son chemin... s'il vous arrive de croiser tout de même un regard, il est dur, très dur et soutenu jusqu'à ce qu'un des deux baisse les yeux....
Un collègue de Franck qui est là depuis presqu'un an m'a donné sa définition de la Russie : violence et alcool.
C'est vrai que l'alcool est une vraie réalité quotidienne. Voir un russe marcher dans la rue en sirotant sa bouteille (de bière le plus souvent ou alors de vodka) est très banal et ce, à toute heure de la journée, homme ou femme, sans différence de niveau social ni d'âge.
Plutôt rudes les Russes au premier abord !!!!

Mais si on regarde un peu plus loin, on s'apercoit que si on est un peu introduit, présenté, les rapports entre les gens sont beaucoup plus chaleureux.
Il y a aussi cette incroyable solidarité :
besoin d'un renseignement, d'un itinéraire ? il n'y a qu'à demander à n'importe qui dans la rue, on vous répondra...
une vieille dame a du mal à descendre du bus ? on l'aide, on lui porte ses paquets...
qu'une lada tombe en panne au beau milieu du boulevard à un croisement, heure de pointe ou non, son chauffeur n'a qu'à tendre une corde en direction des autres véhicules, il ne mettra pas plus de cinq minutes à trouver quelqu'un pour se faire tracter (malgré le danger que peut représenter une telle opération, les chauffeurs étant constemment évités de justesse par les autres véhicules qui filent à toute blinde...)

Commenter cet article